L’irrésistible histoire du Café Myrtille – Mary SIMSES

Les myrtilles sont des fruits que je dévore tant que je peux, alors comment passer à coté de ce livre sans être intriguée et craquer ? Un roman classique dans le genre de la rom-com mais que j’ai adoré lire. Il nous emporte dans une petite ville appréciable, avec des personnages attachants. On laisserait bien le livre continuer un peu, juste pour un peu plus de vacances par procuration..

La quatrième de couverture  

Ellen Brandord, jeune et brillante avocate, mène une vie affairée à New York. Pour exaucer les dernières volontés de sa grand-mère, elle se rend à Beacon, minuscule ville côtière du Maine. Elle doit y retrouver l’amour de jeunesse de son aïeule et lui remettre une lettre. L’affaire d’une journée, pense-t-elle… 

Mais rien ne va se passer comme prévu : à peine arrivée, Elle tombe d’un ponton et manque de se noyer. La photo de son sauvetage par un certain Roy fait la une du journal local. Le destinataire de la lettre reste introuvable. Et le passé de sa grand-mère recèle ce qu’Ellen n’aurait jamais pu imaginer. Alors que son séjour se prolonge, la jeune femme se met à douter des choix qu’elle a fait jusqu’ici et qui lui semblaient si solides. A-t-elle vraiment la vie dont elle rêvait ?” 

A propos du livre 

Nous nous retrouvons, mais c’est annoncé dès le résumé, dans la situation bien classique de la rom-com (bouquin, film, série, tous les genres) de la citadine qui débarque dans une ville paisible et plus rurale et où dès le départ, tout déraille. Elle tombe à l’eau, loupe le coche pour réaliser le dernier vœu de sa grand-mère, ça part mal. Mais heureusement, évidemment Roy est là, pour la rattraper dans l’eau d’abord mais il est là partout après. Le fiancé arrive pour aider la demoiselle en détresse et… Nan je blague ! Pas de demoiselle en détresse ici, juste une femme qui découvre un passé dont elle ignorait tout, sur une femme qui comptait beaucoup pour elle, sa grand-mère, un de ses piliers. Ces découvertes apportent un lot de questions important et elle a besoin, pour elle et pour la mémoire de sa grand-mère d’y répondre. Et nous aussi, en fait, on veut les réponses.  

Nous sommes donc avec Ellen à Beacon, ville où l’on passerait bien un week-end reposant. Authentique tout comme ses habitants et ces commerces, cette ville se dévoile à nous sous l’œil aiguisé d’Ellen car photographe amatrice mais de longue date et douée de toute évidence. On découvre petit à petit d’où lui vient ce réflexe et cette manière de voir, ce qui nous permet à nous lecteur, grâce aux descriptions faites, de nous y transporter rien qu’en fermant les yeux. On suit une femme citadine qui apprécie la tranquillité de cette ville côtière, une femme qui, dans les pas de sa grand-mère en apprend aussi plus sur elle-même.  

Le plus de ce livre ?  

Sa bande originale ! Oui oui ! Une bande originale dans un livre ! Il est très régulièrement mentionné des chansons, que ce soit par Ellen elle-même ou lorsque que ces chansons passent dans un café ou un bar. Et si on se prête au jeu, on attrape notre téléphone ou notre ordinateur et en fond musical, pendant notre lecture, on joue les musiques. L’ambiance est complète, et on y resterait bien encore un peu.  

Oui, cela fait partie de ces livres où les personnages sont attachants même s’ils sont classiques pour un roman du genre, personnellement je n’avais pas envie de les quitter. Et puis qui n’aimerait pas visiter une de ces petites villes côtières dans ces conditions, avec un hôtel un peu bancal mais charmant, des habitants que l’on reconnait rapidement et des rues qui nous sont bien vite familières.  

Le livre en lui-même n’est pas très épais, il se lit très rapidement. Je n’y ai pas trouvé de longueur, les sujets sont assez bien répartis, pas tous approfondis, on aimerait peut-être s’attarder un peu plus sur certains mais c’est aussi ce qui fait le charme de ce genre de livre : rester léger et divertir.  

Et la cuisine dans tout ça ?  

Pour moi, la cuisine dans ce livre c’est le temps et les souvenirs. Ce n’est pas le sujet principal, ou le plus mis en valeur, mais elle reste bien présente quand même. C’est le temps présent et le temps passé. Ce sont les souvenir d’Ellen avec sa grand-mère qui faisait les meilleurs muffins aux myrtilles possibles. C’est aussi le présent avec Ellen qui n’hésite pas à adapter son alimentation à l’endroit où elle se trouve. D’ordinaire une grande habituée des repas très sains à New-York, elle se laisse tenter par la nourriture locale, plus gourmande. Elle nous donne envie de donut à la pomme, de soupe aux palourdes et de pain de viande. Et bien sûr de myrtilles. En plus j’adore ce fruit, c’est probablement une des raisons pour lesquelles j’ai acheté ce livre d’ailleurs. J’en mangerais des kilos.  Et les myrtilles dans ce livre, c’est toute la gloire (passée ?) de cette petite ville, ce sont les souvenirs des familles, les secrets aussi. Avec toutes ces évocations, ce livre est appétissant. 

Le rapport à la nourriture est aussi intéressant. Lorsque que ceux qui connaissaient Ellen avant, à New-York, la voient faire ses choix dans les cafés et les restaurants de Beacon, des choix nouveaux pour elle qui comptait les calories et ne prenait que des choses “légères”, ils remarquent la différence, ne se privent pas de lui dire d’ailleurs, avec une pointe d’étonnement et de jugement ou d’incompréhension. Mais ce sont là les premiers signes de changement qu’ils remarquent chez elle. Et ce que j’ai le plus apprécié c’est qu’Ellen affirme ses choix, elle ne change pas d’avis, elle prend le parti de se régaler d’un donut même s’il est frit sous des regards que l’on imagine assez bien, si ce n’est réprobateurs, au moins jugeurs. 

Un seul regret, ce livre ne fait pas parti de ceux où l’on retrouve les recettes des mets évoqués, et c’est bien dommage ! Car une bonne recette de muffin aux myrtilles c’est toujours bon à avoir sous la main. J’en ai une moi-même une qui tient plutôt la route, elle est d’ailleurs sur le blog ICI.

Bonne lecture à vous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *